Je suis une maman bordélique. Vous vous en seriez douté, évidemment.

Je ne suis pas bordélique dans le sens où j'entasse des piles de fringues, les laissant copiner avec des assiettes à moitié vides de leur contenu. Non.

Mentalement, mon bordélisme s'exprime par une énorme foutoir d'idées qui naissent en demi-nano fractions de secondes et qui s'entassent à qui mieux mieux dans ma matière grise. J'ai des millions d'idées, avec des millions de discussions internes, abouties ou non et je n'ai pas le temps de faire un peu de rangement que PAF!! Me voilà avec une nouvelle idée! Un bout de réflexion, un nuage de sentiment, un souvenir fugace.....des images et des mots qui forment des boules laineuses dans lesquelles aurait plongé un chaton facétieux. C'est tellement encombré que parfois, il me faut défaire les fils un par un pour arriver à trouver le sommeil. Et inutile de préciser que Chéri ne comprend pas ça, lui, parce que quand on est fatigué, on dort. Même si lui il ne dort pas, il s'entraîne à imiter le bruit des tronçonneuses canadiennes avec caisse de résonnance façon Grand Canyon (j'ai pas encore investit des les boules Quiès, j'hésite. Cela sera-t-il vraiment suffisant??).

Physiquement, mon bordélisme est........handicapant. Je dois demander environ 10 fois en une journée (sisi je ne mens pas) à Chéri "T'as pas vu mes lunettes?". Je les ai posées, oui. Posées là. De façon pratique et évidente. Le problème c'est que la minute suivante, ce n'est plus pratique du tout vu que j'ai complètement oublié où elles sont. Et c'est sans compter que dans le même temps je suis aussi en quête de l'allume-gaz, de mon paquet de mouchoir, de mes clefs, du bavoir de Superwinner, de mon sac à main, etc, etc. Et à cette vitesse, je me fatigue, mais je me fatigue!!! Et c'est sans ajouter la pile de papiers important qui s'entasse sur mon bureau, que je n'ai jamais le temps de classer, qui tombe environ 2 à 3 fois par semaines et que je rempile dans un ordre plus très ordonné. Ou encore la pile de linge propre et plié que je ne range pas faute de place, que je déplace du canapé au lit, puis du lit au bureau, puis du bureau au canapé, etc.

Si je vous explique tout ça c'est juste pour vous dire que voilà, grâce (ou à cause, c'est selon le point de vue) à ce bordel inspiré (ou non), je vous écris d'un tout nouveau clavier (qui lui tape toutes les lettres). Et oui, parce qu'à cause de toutes ces choses bordéliques et de ma gaucherie congénitale (sisi-autre sujet mais même histoire) j'ai hier renversé un fond de café sur le clavier de Chéri. Et bin je peux vous dire un truc. La technologie, c'est nul! C'est cher, soi-disant indispensable et tout et tout. Et bin c'est même pas waterproof!!! Et Dieu sait que j'ai tout séché, essuyé, et essayé, mais rien à faire. Il a mouru dans mes bras désolés, et pour éviter toute crise interplanétaire avec ma moitié, j'ai couru ce matin lui en racheter un. Bon, avec sa voiture, certes. Du coup il a flippé, il a frôlé l'AVC, blablabla...

Et moi dans tout ça, bin je suis épuisé. J'vous laisse, Superwinner réclame son doudou et bien sûr, je ne sais pas où il passé!! Râââââââa!!!!!